Recherche

Montréal/Paysage en confinement

13 mars — 16 mai 2020

  • Description

    Au début de l’année 2020, la pandémie de la COVID-19 a profondément marqué les villes dans plusieurs régions du monde. Ainsi, elle nous amène à poser des questionnements fondamentaux envers les milieux urbains tant sur les aspects sociaux, culturels, économiques, environnementaux et physiques (habitat, rue, parc, etc.). La COVID-19 a bouleversé radicalement et dans un très court laps de temps les comportements et les préoccupations des citoyens dans la ville. Les populations urbaines ont changé leur mode de vie au quotidien et elles ont dû s’adapter à cette nouvelle réalité avec des mesures adaptées pour contraindre cette pandémie.

    La COVID-19 a révélé l’importance de vivre la ville au quotidien dans la période de confinement. Elle nous a entrainés à nous questionner sur le rôle et les fonctions des espaces publics et privés, tout comme elle a exposé des problèmes majeurs d’usages et d’accessibilité envers certains attributs urbains (parc, rue, etc.). Elle a également fait émerger des actions et des solutions nouvelles adaptées à ce contexte de crise.

    Cette recherche, sous l’intitulé Montréal/paysage en confinement, produite par la Chaire UNESCO en paysage urbain de l’Université de Montréal (CUPUM) rapporte la situation envers les espaces publics durant la période de confinement. En prenant appui sur une veille informationnelle des médias, de certains organismes à but non lucratif (OBNL) et des communiqués de presse de la Ville de Montréal, cette analyse offre des pistes de réponse à un ensemble de questionnements reliés à la mission de la Chaire UNESCO et à ses programmes affiliés de l’UNESCO.

    Cette recherche a aussi été l’occasion de porter un regard sensible sur l’expérience de l’espace public en étudiant les différents cadrages de photographes de presse et professionnels durant cette période de confinement montréalais. L’interprétation de ce corpus a permis d’esquisser les contours de l’identité du paysage urbain et de révéler les attributs clés de l’expérience de la ville en mode « confinement ».

    L'ensemble de la recherche a été publié digitalement à cette adresse :
    http://covid19.unesco-paysage.umontreal.ca/#/fr 

    L'UNESCO a aussi publié un article intitulé Montréal, paysages en confinement pour souligner la finalisation de la recherche. 

    Cette réflexion fait suite à l’appel aux bonnes initiatives des villes du réseau Coalition internationale des villes inclusives et durables (ICCAR ; SHS-UNESCO) en mars 2020. Le but de cet appel des Sciences humaines et sociales de l’UNESCO était :

    • de contribuer de manière proactive à relever les défis sociaux dans le contexte de la pandémie de coronavirus ;
    • d’inspirer la communauté d’ICCAR des bonnes pratiques entreprises pour promouvoir la solidarité et montrer l'importance de la défense de la dignité humaine dans ce contexte de pandémie ;
    • de recevoir des informations sur l'impact des mesures prises par les villes et les communautés sur la vie des citoyen·ne·s en milieu urbain ;
    • de tirer les leçons d’expériences qui pourraient être inspirantes à d'autres villes et communautés.

    La recherche menée par la Chaire UNESCO en paysage urbain de l’Université de Montréal livre des éléments de réponse face à ces attentes, notamment sur les questions reliées à l’espace public montréalais.

    Le balisage d’informations et son analyse engagés dans cette recherche, qui couvrent uniquement la période de confinement du 13 mars 2020 au 16 mai 2020, devraient apporter un nouvel éclairage sur le paysage urbain montréalais dans le contexte de la pandémie mondiale et il constitue une assise pour entreprendre une réflexion pour le futur des espaces publics.  Ainsi, cette réflexion a été l’occasion :

    • de tirer des constats sur les espaces publics du paysage urbain montréalais (réf. : rue, parc, artère commerciale, trottoir, piste cyclable, métro, etc.) où se cristallisent les enjeux du confinement de la COVID-19 à partir des préoccupations journalistiques, celles de certains organismes à but non lucratif (OBNL) pertinents envers le sujet et celles émises par le milieu municipal dans cette phase de confinement ;
    • d’interpréter le regard de photographes de presse en regard de l’espace public montréalais.

    Les résultats issus de ces deux objectifs sont présentés successivement dans les pages suivantes. De plus, ceux-ci intégreront la carte interactive de l’UNESCO qui répertorie les expériences des villes à travers les réseaux de l’UNESCO (réf. : Plateforme des villes de l’UNESCO) pour susciter et promouvoir la collaboration et la solidarité à l’échelle internationale.

    La Plateforme des villes de l'UNESCO, regroupant huit réseaux et programmes :

  • Équipe

    Direction
    • Philippe Poullaouec-Gonidec
      Professeur émérite École d’urbanisme et d’architecture de paysage / Chercheur associé Chaire UNESCO en paysage urbain (CUPUM) / Membre fondateur Chaire UNESCO en paysage urbain (CUPUM) / Chaire en paysage et environnement (CPEUM)
    Chercheur conseiller
    • Sylvain Paquette
      Université de Montréal / Professeur titulaire École d’urbanisme et d’architecture de paysage / Chercheur principal Chaire en paysage et environnement (CPEUM) / Chercheur associé Chaire UNESCO en paysage urbain (CUPUM)
    Collaborateurs scientifiques
    • Marlène Ghorayeb
      Professeure École spéciale d’architecture de Paris / Responsable des DES Mutations Urbaines École spéciale d’architecture de Paris
    • Alessandra Capuano
      Université de Rome la Sapienza / Professeure titulaire Département d’architecture et de projet (DiAP) / Chercheure associée Chaire UNESCO en paysage urbain (CUPUM)
    • Iman Benkirane
      Professeure École Nationale d’Architecture
    • Mauro Claro
      Professeur Faculté de l’architecture et d’urbanisme
    • Manuel Tardits
      Chercheur Université de Meiji / Professeur Université de Meiji
    • Imène Zaâfrane
      Professeure Université Tunis Carthage (UTC) / Chercheure Université Tunis Carthage (UTC)
    Chercheurs
    • Emmanuel Beaudry Marchand
      Agent de recherche Chaire UNESCO en paysage urbain (CUPUM)
    • Chloé Lévesque
      Auxiliaire de recherche Chaire UNESCO en paysage urbain (CUPUM)
  • Partenaires