Directeur titulaire de la Chaire UNESCO en paysage urbain, Professeur adjoint à l’École d’urbanisme et d’architecture de paysage de l’Université de Montréal

Shin Koseki

Photo: Godefroy Mosry

Shin Koseki est professeur adjoint à l’École d’urbanisme et d’architecture de paysage de la Faculté de l’aménagement et directeur titulaire de la Chaire UNESCO en paysage urbain. Formé en architecture et en urbanisme au Canada et en Suisse, il s’intéresse à l’intégration des nouvelles technologies dans les pratiques en aménagement, à la contribution de la démocratie interactive au développement durable des territoires, et au rôle de l’espace public dans l’acquisition de savoirs et de capacités. Sa recherche porte entre autres sur l’application des systèmes d’intelligence artificielle en design urbain, sur les nouveaux processus de gouvernance environnementale et technologique et sur la réussite et l’échec scolaire en milieu urbain et rural.

Récemment, Shin s’est impliqué dans des processus législatifs et constitutionnels, à titre d’observateur scientifique de la Convention Citoyenne pour le Climat et de conseiller scientifique pour la mise sur pied d’un débat national sur l’agriculture en France. Il a travaillé en étroite collaboration avec le ministère français de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, la Commission nationale du débat public, la Fondation Braillard Architecte, et la Chambre de commerce et d’industrie de Genève. En 2016, Shin a cofondé le rhizome de recherche Chôros, un organisme international qui génère une réflexion scientifique et opérationnelle sur la démocratie interactive, la justice spatiale, l’environnement et la qualité urbaine.

Shin Koseki a mené ses travaux de recherche aux écoles polytechniques fédérales de Lausanne (EPFL) et de Zurich (ETH Zurich), à l’Université d’Oxford (Oxon.), à l’Université nationale de Singapour (NUS), au Massachusetts Institute of Technology (MIT), à l’Université de Zurich (UZH) et à l’Institut Max-Planck pour l’histoire de l’art et de l’architecture (Bibliotheca Hertziana). De retour à Montréal, dont il est originaire, il travaille avec ses étudiants sur la revitalisation, la renaturalisation des abords du fleuve Saint-Laurent et à améliorer la qualité de vie des communautés qui y habitent.