2020 a-t-elle été une année sans ville ? Shin Koseki aborde le sujet dans un article publié sous le titre « Observer pour inventer : la ville d’après »

Nouvelles

Shin Koseki vient de publier avec des collègues du rhizome Chôros un article dans la revue scientifique francophone interdisciplinaire Espaces-Temps. Intitulé Observer pour inventer : la ville d’après, l’article aborde la pandémie sous l’angle du paysage social de la ville.

Dans le texte, écrit en mai 2020, les auteurs soulignent l’importance des corps dans notre compréhension et notre attachement à l’espace urbain, et la nécessité de mettre de l’avant ceux-ci dans les politiques publiques d’aménagement. Une ville sans corps est comme un corps sans organe, pour reprendre le concept proposé par le philosophe français Gille Deleuze. Il n’est donc pas étonnant de voir les corps tenter de reprendre le contrôle de la ville, notamment par la lutte qui s’installe entre les gouvernants et la population.

L’article résulte d’une série de séminaires sur la pandémie coordonnée par le rhizome de recherche Chôros, et dont a résulté la traverse Penser (avec) la pandémie de la revue Espaces-Tesmps.net.

## Référence de l’article

Enka Blanchard, Stéphane Gallardo, Shin Alexandre Koseki, Carole Lanoix, Olivier Lazzarotti et Irène Sartoretti, « Observer pour inventer : la ville d’après », EspacesTemps.net [En ligne], Laboratoire, 2021 | Mis en ligne le 11 février 2021, consulté le 11.02.2021. URL : https://www.espacestemps.net/articles/observer-pour-inventer-la-ville-dapres/ ; DOI : 10.26151/espacestemps.net-tqy9-x41